Les gestes de protection, un jeu d’enfant ?

Enfant qui se couvre le visage avec sa mains contre le corona virus geste barrière en crèche

Ne pas toucher les murs. Ne pas s’agripper à la rampe. Garder ses dictances avec le copain ou la copine devant soi. Suivre la ligne collée au sol… Pas facile de le faire comprendre à des enfants et encore moins à des tout-petits. 

Et si les gestes barrières et la distanciation sociale, désormais imposés par la crise sanitaire, devenaient un moyen pour les enfants de bouger autrement et de jouer tout simplement ?

Ou plutôt, et si nous faisions comprendre ces gestes aux bambins en jouant ? Telle est la suggestion proposée aux professionnels de la petite enfance, aux professeurs des écoles et de la petite enfance par une psychomotricienne. 

 Mais d’abord, commençons par changer le vocabulaire ! « Parlons plutôt de distances physiques avec des gestes de protection : on valorise le vocabulaire en faisait moins peur. Il faut utiliser un vocabulaire positif avec les enfants, surtout avec les plus petits… » explique la psychomotricienne. Puis en classe de maternelle, par exemple, transformons les contraintes en jeu. Elle explique : 

Transformer les gestes de protection et cette distance physique en parcours psychomoteur peut permettre de dédramatiser la situation et ces gestes en passant par le jeu. On n’est plus dans la crainte mais dans l’appropriation de ces derniers. Si les enfants ne comprennent pas, ils sont alors dans la peur et peuvent ainsi faire des blocages. Les gestes de protection deviennent alors ici un jeu avec des règles simples où le but est de gagner contre le coronavirus (Covid-19). Les enfants deviennent un peu des supers héros ! 

geste-barrière-précaution-et-consigne

On travaille sur l'équilibre

Faire marcher les enfants sur la ligne tel un funambule sur son fil, mais sans le vide dessous, ou sauter à pieds joints sur les lignes distancées ou des croix… 

En parlant en pas et non pas en mètre car les enfants ne comprennent pas encore les mesures, mais comprennent si on leur dit : il faut laisser tant de pas ou de tant de bras… entre vousprécise la professionnelle de santé. 

Un petit défi ? À cloche-pied ! La circulation dans les établissements scolaires, ou chez l’assistante maternelle aussi, peut ainsi devenir un parcours de motricité. Et pourquoi ne pas rajouter quelques éléments sur ce dernier à éviter, à escalader, mais attention, sans toucher ! Un bon moyen de faire travailler l’équilibre des bambins. 

« On travaille ainsi la coordination dynamique générale des enfants. Avec les sauts et l’équilibre, les enfants travaillent aussi leur coordination occulomotrice, par exemple oeil-main ou œil-pied, mais également la faculté d’équilibre en général avec l’équilibre statique (se tenir sur un pied ou ne pas bouger), l’équilibre dynamique (rester en équilibre en étant en mouvement) et l’équilibre postural (le fait de rester droit dans notre action ou notre inaction). Bref, on travaille le tonus des enfants et sa régulation. »

 Et comme les plus petits aiment aussi jouer à l’eau, le lavage des mains peut aussi devenir amusant… On touche l’eau coulant dans le lavabo avec les doigts et hop, on mouille toute la main. On fait mousser le savon… Un peu de mousse sur le bout du nez, juste pour rigoler et on rince ! Un vrai jeu d’enfant ! 

Auteur: Athénaïs Louison

Retour haut de page